Devenez Visionnaires

Devenez Visionnaires

Dans une conférence donnée en décembre 2011, PARTHASARATHI RAJAGOPALACHARI
parle de ce que signifie être visionnaire. Voici quelques extraits de ce discours inspirant où il
éclaire différents aspects de la vision.

Nous utilisons tous le mot « vision » sans comprendre ce qu’il signifie vraiment. Une vision n’est pas un rêve. Un rêve est quelque chose qui vous arrive sans avoir été sollicité, même s’il peut avoir un certain but: chercher à vous éveiller, à prendre conscience d’une chose que vous devez faire, ou à laquelle vous devez faire attention, ou peut-être juste une chose en passant. Une vision n’est pas un rêve. Une vision a trait à l’état de veille. Même si la vision a quelque chose d’insistant, il ne s’agit pas d’une obsession, l’obsession est générée par ce qui vous possède (l’argent, la drogue, une histoire d’amour). Une vision ne vous possède pas; c’est vous qui la possédez. Elle est à l’intérieur de vous et non à l’extérieur.

Il existe des visions collectives, elles nécessitent non seulement une obéissance, mais une participation. Pour contrôler une armée, seule l’obéissance est nécessaire, mais notre participation n’est pas de ce type. C’est une participation intelligente et volontaire, c’est le partage d’une vision qui doit tous nous englober.

La vision doit inclure de nombreuses qualités : la bonté, l’amour, la compassion, la clémence. Les possédons-nous ou nous contentons-nous de les prêcher? Prêcher ne demande pas beaucoup d’effort, de force d’âme ou de quoi que ce soit d’autre. On peut vous apprendre à prêcher.

Les visions ne sont pas floues, comme lorsque, détendu dans un fauteuil, on s’amuse à imaginer des possibilités. Ce sont des rêveries, pas des visions. La vision est résolue, déterminée. Le but ne quitte jamais votre esprit. Il est là, insistant. Il est là quand vous mangez, quand vous dormez, quand vous vous réveillez. Et quand les circonstances deviennent de plus en plus difficiles, la vision doit devenir toujours plus insistante, dominatrice, et vous pousser en avant.

Selon vous, pourquoi le Christ s’est-il laissé crucifier? C’est elle qui maintient vivant le christianisme encore aujourd’hui, et sa poussée continue. Il y a certains cas où l’impulsion initiale est si forte qu’elle se prolonge durant des millénaires, voire des millions d’années. Prenez le Big Bang de la science, de la cosmologie – un seul bang, et il continue à produire l’expansion de l’univers! C’est comme si vous donniez un tel coup de pied à un ballon qu’il continue encore sur sa lancée quelque part dans l’univers.

Alors, qu’est-ce qu’une vision ? Comment la définir? Certaines tribus primitives avaient un chaman, un sorcier-guérisseur, qui était censé avoir « le rêve ». On disait qu’il possédait le rêve, mais on ne précisait jamais ce qu’était ce rêve, ce que  rêvait le rêveur. Le rêve existait, et cela suffisait. Et cette vision donnait confiance à la tribu qui se savait guidée par le canal de quelqu’un choisi dans ce but, qui avait le pouvoir de libérer cette vision pour l’évolution de tous.

Dans son essence, une vision est juste un atome, l’élément fondamental d’une pensée. Il est donc bon de penser plus, plutôt que de simplement écouter plus, noter plus, et décider d’en faire plus. Les gens qui en font plus sans écouter ni penser sont comme des petits soldats mécaniques; vous les remontez et ils marchent – gauche, droite, gauche, droite.

Alors, soyez courageux et pensez. Vous savez, il faut du courage pour penser. On disait aude sapere en latin. Le mot « audacieux » vient de là. Osez penser. Quand les gens n’osent pas penser, ils utilisent les pensées des autres. Babuji, qui avait lu quelques pages de la philosophie de Mills, mit le livre de côté en disant: « Je ne veux pas de ses pensées dans ma tête, je veux mes propres pensées dans ma tête.» Est-il devenu un homme instruit? Non, il est devenu la connaissance même. Parce qu’au lieu d’avoir à lire des milliers de livres d’un millier de bibliothèques, il a créé sa propre base de connaissances, comme on dit dans le jargon moderne. Il l’a créée à l’intérieur de lui, dans son cœur.

Avons-nous le courage de faire de même ? Vous pouvez l’avoir si vous osez penser – aude sapere. Dans le même ordre d’idée, il y a ce que Babuji appelle le kshobh, ou le Big Bang en physique. Nous avons chacun un kshobh, quelque chose qui explose soudain en nous, qui crée une vision. Ainsi, de la non-existence sort l’existence. Pour créer l’existence, vous devez être inexistant.

Il faut donc être simple, vivre simplement, penser simplement. Ne pas avoir de pensées compliquées. Soyez simple, peu exigeant, mais avec une vision d’une puissance irrésistible, qui peut être l’âme de ce monde, et l’âme du futur.

Share

Recommended Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *