Le jeu de la création : notre nature originelle

Le jeu de la création : notre nature originelle

KAMLESH PATEL nous parle de Prakriti et de Purusha, les principes divins féminin et masculin dans la Nature, et il relève l’importance de les honorer et les accueillir tous deux comme des courants complémentaires de la vie.

Quelle était notre nature originelle ? Qu’étions-nous avant d’être projetés dans cette aventure ? Au commencement régnait une obscurité indescriptible, indéfinissable, une obscurité entourée de ténèbres. Les ténèbres étaient partout. L’espace était empli de ténèbres. Imaginez qu’on enlève toutes les galaxies, les étoiles et les planètes de l’espace, y aurait-il de la lumière ? Tout ne serait qu’espace vide dans la plus totale obscurité.

C’était l’état d’équilibre parfait, et quand cet équilibre fut perturbé de par la volonté de créer, la création commença. Ainsi, notre nature originelle est l’équilibre absolu. Il n’y a pas grand-chose qu’on puisse décrire. Cet équilibre est possible lorsque nous suivons un mouvement centripète, en nous rapprochant du Centre.

La nature originelle, Prakriti, le principe féminin divin, était déjà là. Puis le principe masculin, Purusha, vint à l’existence, et de leur entremêlement résulta la création.
Le retour à la nature originelle implique donc de cultiver les qualités féminines en nous – la plus importante étant la réceptivité. Dans le féminin, le flux d’énergie se dirige constamment vers l’intérieur.

Une des déesses indiennes, Kali, est considérée comme la mère de tout. On la représente toujours très foncée, telle l’obscurité originelle, et c’est pour cela qu’on la vénère. Ainsi Kali reflète symboliquement la nature originelle des choses avant la création.

C’est cette nature originelle qui devint la cause première, lorsqu’elle fut mêlée à Purusha, le principe divin masculin, et c’est ainsi que la création s’initia. La nature originelle, Prakriti, le principe féminin divin, était déjà là. Puis le principe masculin, Purusha, vint à l’existence, et de leur entremêlement résulta la création.

Le retour à la nature originelle implique donc de cultiver les qualités féminines en nous – la plus importante étant la réceptivité. Dans le féminin, le flux d’énergie se dirige constamment vers l’intérieur. L’énergie masculine est différente. Quand les courants commencèrent à descendre d’en haut, il y eut le positif et le négatif, Purusha et Prakriti, les courants masculin et féminin. Sans cette polarité, les courants de la création n’auraient pu aller de l’avant. Le flux créé par ce jaillissement se poursuit, la création n’a pas cessé, la création des âmes continue. Imaginez les milliards d’âmes qui furent créées à différentes époques: ont-elles le même schéma vibratoire ? Est-il identique pour les âmes créées voici des millions d’années et celles créées aujourd’hui? Ont-elles la même puissance ?

On peut aussi voir les choses d’un autre point de vue : si vous rencontrez quelqu’un dont l’âme est venue s’incarner cent ans après la vôtre, allez-vous facilement entrer en résonance avec elle au niveau énergétique ? C’est une simple question, je ne postule rien, mais les âmes qui émergent en même temps ont un schéma vibratoire presque identique. Appelons-les des âmes jumelles. Pensez-vous que ces âmes vivent plus facilement ensemble sans se disputer, en se témoignant toujours de l’amour? C’est là une vision très limitée du concept d’âmes jumelles, une vision humaine. Car si nous sommes capables de développer une nature aimante parfaite, cette nature entrera en résonance avec tous les êtres, à travers tout le spectre. Cela dit, les âmes jumelles créées au même moment tombent très facilement amoureuses l’une de l’autre. On les appelle des âmes sœurs.

Ainsi, lorsque la création se manifesta à partir de l’obscurité originelle, les courants originels émanèrent du Centre. Partout où se trouvent des étoiles, la luminosité que nous voyons est une chose créée. Nous aussi formons le réseau de notre propre création : notre existence individuelle. Lorsque nous avons la nostalgie de notre état d’équilibre originel et que nos pensées commencent à se tourner vers l’intérieur, la tendance s’inverse. La méditation nous oriente vers l’intérieur, vers le Centre. Nous replions nos membres pour qu’ils se contractent vers l’intérieur, au lieu de s’étendre à l’extérieur. Dans l’état méditatif, il y a un intense état d’absorption intérieur. Nous sommes totalement focalisés sur notre nature profonde. Nous tentons d’atteindre cet équilibre parfait, dans une position assise appropriée, avec la bonne attitude.

Le voyage spirituel consiste à revenir à notre nature originelle, et il nous est possible de le faire en dissolvant notre réseau individuel. Le plan universel poursuit sans cesse son expansion. Notre plan consiste à trouver une sortie et à retourner vers le Centre avec une puissance accrue.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *