maîtriser le changement : le besoin de collaborer

maîtriser le changement : le besoin de collaborer

Ichak Kalderon Adizes conteste les concepts de leadership et de management
dans le monde de l’entreprise et nous montre ce qui est nécessaire pour que
la direction d’une société soit vraiment efficace.

 

Au fil des années, j’ai suivi les transformations du nom dont on a baptisé le concept de résolution des problèmes en entreprise. Tout d’abord on a parlé d’« administration ». Puis, quand les programmes d’administration en entreprise n’ont pas donné les résultats escomptés, la notion d’administration s’est vue reléguée plus bas dans l’organigramme. Les administrateurs n’ont plus fait que coordonner et superviser, et un nouveau concept a émergé : le management. Graduellement au début, puis très vite, les écoles ont modifié leur nom pour s’appeler « École Supérieure de Management ».
Apparemment ça n’a pas bien marché non plus, car le management s’est retrouvé au milieu de l’organigramme. Le mot avait perdu son attrait, il en fallait un nouveau : exécutive. Des programmes de troisième cycle pour les exécutives ont été mis sur pied et le concept de CEO, Chief Executive Officer, a vu le jour.
Cette conversion n’ayant pas non plus apporté les résultats désirés, une nouvelle théorie est apparue : celle du leadership. Pour ma part, je pense que le leadership n’est qu’un nouvel engouement. Bientôt un autre mot à la mode fera son apparition. Pourquoi ? Parce que nous sommes à la recherche d’un concept qui englobe tout, qui recouvre toutes les compétences requises pour gérer une entreprise. Nous cherchons tous un modèle qui décrive et détermine spécifiquement le genre de personne capable d’assumer toutes les fonctions dont une entreprise a besoin pour être performante, tant à court terme qu’à long terme – or cette personne n’existe tout simplement pas.
L’erreur de cette conception réside dans ses attentes : on voudrait qu’un seul individu – qu’on l’appelle administrateur, manager, executive ou leader – joue tous les rôles. En réalité, une seule personne, même la plus extraordinaire, ne peut assumer qu’un ou deux des rôles requis pour la gestion et la direction d’une entreprise.

 


Pour développer une
entreprise, il faut une
équipe complémentaire.
Le leadership doit être
exercé en collaboration
par une équipe de dirigeants
qui diffèrent dans
leur style tout en se complétant
les uns les autres.

Les termes de leadership, executive action ou processus de management signifient pour moi une seule et même chose, parce qu’ils se fondent tous sur le même paradigme erroné. Celui-ci présuppose qu’un seul individu soit capable de réellement et efficacement faire fonctionner n’importe quelle entreprise, à la fois à court et à long terme. Or il n’est pas possible, pour une personne, de prendre toutes les décisions nécessaires pour faire fonctionner efficacement une entreprise à court et à long terme.

Car les rôles qui conduisent à ces résultats sont incompatibles entre eux. L’executive idéal n’existe pas. Un leader unique, quelles que soient ses compétences, finira par dysfonctionner. Avec le temps, alors que l’entreprise se délocalise en fonction de son cycle de vie, passant d’un premier succès à une position prééminente dans son champ d’activité, ce leader faiblira. Les qualités qui l’ont fait réussir dans le passé peuvent être la raison de son échec futur.

Pour développer une entreprise, il faut une équipe complémentaire. Le leadership doit être exercé en collaboration, par une équipe de dirigeants qui diffèrent dans leur style tout en se complétant les uns les autres.
Mais c’est là que le bât blesse : une équipe complémentaire étant composée de styles différents, elle génère des conflits. Bien que les conflits soient une bonne chose, qu’ils soient nécessaires et indispensables, ils peuvent aussi être destructeurs et générer des dysfonctionnements. Pour éviter ces conflits potentiellement destructeurs, la collaboration au sein de l’équipe de direction doit être fondée sur la confiance et le respect mutuels.

 


Extrait du livre du Dr. Ichak Adize, Mastering Change – Introduction to Organizational Therapy, révisé et mis à jour
pour sa publication dans le magazine Heartfulness.
Vous trouverez plus d’informations sur www.adizes.com


Share

Recommended Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *