Mourir à soi-même

Mourir à soi-même
THÉOPHILE L’ANCIEN et son jeune ami THÉO poursuivent leur conversation sur la mort, en se penchant cette fois-ci sur l’expérience de « mourir à soi-même» durant la méditation.

– Certains disent qu’avec la méditation « nous mourons avant de mourir », « nous mourons à nous-même ». Peux-tu me dire ce que cela signife ? demande Théophile le Jeune.

– C’est un vaste sujet, nous allons plutôt commencer par une expérience, si tu le veux bien.

Assieds-toi très confortablement, plonge dans ton cœur, laisse-toi absorber par la lumière, perds-toi en elle. Que vois-tu ?

– La lumière a perdu toute sa luminosité. C’est une lumière sans lumière. Je continue à m’absorber toujours plus profondément dans le cœur. Je ne peux plus rien décrire. En fait je suis aspiré dans un vide paisible, il n’y a plus de repères. Tout est immobile. C’est un mouvement sans mouvement.

– Maintenant relaxe-toi, nous nous parlerons à nouveau après ta méditation. Une heure est passée, Théophile l’Ancien dit : « C’est tout.»

Théophile le Jeune sort tout doucement de sa méditation comme l’Ancien le lui a appris. La conscience émerge à nouveau en lui. Il la laisse se déployer dans son espace intérieur. Il remonte lentement en surface par paliers, reprenant possession de son corps, de ses sensations. Son attention se tourne alors vers l’extérieur et il aperçoit le vieil homme souriant face à lui.

– Combien de temps penses-tu avoir médité ? interroge le vieil homme.

– Comme d’habitude dans mes expériences méditatives, j’ai l’impression que cela dure quelques minutes, mais cette fois-ci j’ai perdu toute conscience. Je suis revenu à moi juste avant que tu dises « c’est tout ».

– Remémore-toi l’état d’extrême profondeur. Que te rappelles-tu ?

– Une infime conscience demeurait. J’existais sans exister. En fait quelque chose subsistait, mais j’avais perdu la notion du moi. J’ai compris: je pense que c’était le Soi supérieur.

– La méditation a duré une heure, reprend Théophile l’Ancien.

– Une heure ! s’exclame le jeune homme, cela m’a paru si bref !

– Pendant cette heure, tu es « mort à toi-même » tout en étant vivant, continue l’Ancien. C’est un des plus hauts niveaux de conscience, le suivant est le sahaj-samadhi, lorsque ta conscience est en même temps dans les profondeurs du Soi et pleinement présente à la vie, aux autres.

– Existe-t-il un rapport avec les EMI (Expérience de Mort Imminente ou NDE, Near Death Experience)?

– Il y a des similitudes, nous faisons cette expérience consciemment en méditation, alors que les personnes qui font une EMI la vivent souvent au cours d’une intervention chirurgicale pendant un arrêt cardiaque. Leur électroencéphalogramme est plat: ils sont en mort clinique, mais ils reviennent à la conscience. L’expérience est si forte qu’ils s’en souviennent encore longtemps après. Souvent, cela change radicalement leur vie.

– Peux-tu m’expliquer ce qui s’est passé durant ma méditation ?

– Grâce à la posture de méditation, à la relaxation corporelle et à la transmission, tu as quitté la conscience corporelle puis la conscience de la région du cœur, pour entrer dans le champ de la conscience cosmique. C’est en elle que vient puiser la conscience dite intuitive. C’est le lieu de la conscience universelle, du mental universel où nous trouvons l’inspiration, l’intuition, les rêves prémonitoires et même les révélations, qu’elles soient spirituelles ou scientifiques.

– Penses-tu que les grandes découvertes proviennent de cette dimension ?

– Oui, n’as-tu pas remarqué que les grandes découvertes se font souvent simultanément aux quatre coins du globe ?

– Tu veux dire que je pourrais volontairement aller collecter des informations au niveau cosmique ?

– C’est possible mais, comme dans nos entretiens, il faut savoir poser la bonne question. Cela nécessite déjà un certain niveau de conscience et de connaissance. C’est comme dans le livre canonique de la médecine chinoise, le Huangdi Nei Jing, où c’est l’empereur Wuang Ti (l’Empereur Jaune) qui sait poser les bonnes questions à son précepteur Qi Pa. La connaissance se protège elle-même. Elle n’est accessible que dans certaines conditions… mais c’est une autre histoire.

– Comme tu me l’as fait remarquer, une purification et une illumination des cinq points du cœur sont nécessaires, n’est-ce pas? Et peut-être même celles des cinq points suivants? Le vieil homme approuve silencieusement.

A suivre.

Grâce à la posture de méditation, à la relaxation corporelle et à la transmission, tu as quitté la conscience corporelle puis la conscience de la région du cœur, pour entrer dans le champ de la conscience cosmique. C’est en elle que vient puiser la conscience dite intuitive. C’est le lieu de la conscience universelle, du mental universel où nous trouvons l’inspiration, l’intuition, les rêves prémonitoires et même les révélations, qu’elles soient spirituelles ou scientifiques.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *