Sommes-nous suffisamment intuitifs ?

Sommes-nous suffisamment intuitifs ?
Harpreet Kalra s’est vu offrir le job de sa vie, mais l’a refusé car son coeur lui disait non.
L’ offre d’emploi semblait prometteuse – une marque reconnue, un salaire confortable, une excellente définition de poste et un travail basé dans ma ville favorite, Mumbai. J’aurais dû accepter sans hésiter. C’était une occasion en or et une opportunité comme celle-là, ça ne se refuse pas, me répétait mon entourage. Et pourtant je tergiversais. Qu’est-ce qui m’empêchait donc de faire le pas, alors même que tous les indicateurs rationnels étaient au vert ? Je ressentais profondément qu’il fallait dire non. Quelque chose en moi voulait laisser passer cette opportunité : une guidance intérieure, la voix du coeur, un sixième sens, un instinct, quel que soit le terme que l’on mette dessus. Pour ma part, je préfère appeler cela de l’intuition, la voix de mon coeur.

Mon père dit toujours : « Lorsque tu doutes, réfère-toi au coeur. Le coeur a toujours raison. » Pour une fois, j’ai écouté mon père et j’ai refusé l’offre d’emploi. Trois mois plus tard, suite au rachat hostile de la compagnie par un concurrent, tout le personnel était licencié. Faire confiance à mon intuition avait payé.

Je crois que l’intuition peut voir ce qui échappe à l’esprit : la vision de l’esprit est myope, puisqu’elle est conditionnée par l’espace et le temps. De plus, l’esprit s’appuie sur les cinq sens qui ont leurs propres limitations. En tant qu’êtres humains, par exemple, nous ne pouvons entendre que les sons qui s’inscrivent dans un spectre sonore spécifique, perceptible à notre ouïe. Tout son émis en dehors de ce spectre est pour nous inaudible. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’existe pas.
A l’inverse, le coeur peut tout percevoir. Connecté à l’Être infini, il est le siège de la Divinité. N’étant conditionné ni par l’espace ni par le temps, il peut prendre de la hauteur par rapport aux choses. Le coeur rayonne dans toute sa magnificence et sa splendeur, sous quelque forme que ce soit.
Si la prise de décision intuitive peut nous aider, la question qui se pose est donc : « Comment pouvons-nous développer l’intuition ? » Je pense qu’il faut s’entraîner.
En faisant confiance au coeur et en l’écoutant de plus en plus. Lorsque nous parlons avec quelqu’un, plus cette personne nous écoute attentivement, plus nous avons plaisir à converser avec elle, n’est-ce-pas ? De la même façon, si nous sommes disposés à écouter notre coeur, il sera plus qu’heureux de nous parler.
C’est ce que j’ai pu expérimenter.

Là est le défi. Bien souvent le coeur ne peut pas être entendu parce que notre esprit, tel un singe sautant de branche en branche, passe d’une pensée à l’autre et prend le dessus. Il ne s’arrête tout simplement jamais. Il est en mode suractif. Et nous sommes devenus tellement dépendants de ce bavardage et de ce brouhaha mental que la voix du silence intérieur nous effraie. Alors comment accroître notre capacité à écouter le coeur ? Je crois qu’il faut mettre de l’ordre dans notre tête : débarrasser l’esprit du fatras qui l’encombre. Par quel moyen ? Par la méditation. Cela fait des milliers d’années que la méditation est l’une des techniques les plus efficaces pour nous aider à réguler notre esprit. Il n’est pas étonnant que partout dans le monde la méditation aide de plus en plus de gens à trouver joie et équilibre intérieurs, et transforme leur vie pour toujours.

 


Quelque chose en
moi voulait laisser passer
cette opportunité : une
guidance intérieure, la voix
du coeur, un sixième sens,
un instinct, quel que soit le
terme que l’on mette dessus.
Share

Recommended Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *